Le marché résidentiel canadien avance légèrement en février

Jeudi, Mars 15, 2012

Selon les statistiques publiées aujourd’hui par l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), le marché résidentiel de la revente à l’échelle nationale s’est amélioré en février 2012, par rapport à la baisse enregistrée en janvier.

Points saillants :

  • Les ventes résidentielles ont haussé de 1,4 % de janvier à février.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont dépassé de 8,6 % les niveaux rapportés en février 2011.
  • Le nombre de maisons nouvellement inscrites a augmenté de 1,9 % de janvier à février.
  • Le ratio ventes/nouvelles inscriptions à l’échelle nationale a très peu changé, ce qui a permis au marché de l’habitation de demeurer bien équilibré.
  • En février, le prix moyen des maisons au Canada a accusé une hausse de 2 % d’une année à l’autre.
  • Les ventes répertoriées par le biais des systèmes MLS® des chambres et associations immobilières canadiennes ont progressé de 1,4 % de janvier à février 2012, de manière à récupérer le tiers de la baisse de l’activité enregistrée entre décembre 2011 et janvier 2012.

L’activité mensuelle était en hausse dans la moitié des marchés locaux en février, notamment à Calgary, Toronto, Barrie, Montréal, Québec, Saint-Jean et Halifax-Dartmouth.

Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont dépassé de 8,6 % les niveaux rapportés en février d’une année à l’autre. Au total, 61 772 maisons ont changé de main au cours des deux premiers mois de 2012, ce qui représente une hausse de 6,7 % par rapport à la même période l’année dernière.

Le nombre de maisons nouvellement inscrites a fait un bond de 1,9 % en février par rapport au mois précédent, de manière à atteindre le plus haut niveau depuis mai 2010. La reprise des nouvelles inscriptions notées à Toronto et Montréal, soit les deux marchés canadiens les plus vigoureux, a compensé le recul du nombre de nouvelles inscriptions enregistrées à Vancouver, soit le troisième des grands marchés canadiens.

Compte tenu de l’augmentation des ventes et des nouvelles inscriptions, le ratio national ventes/nouvelles inscriptions qui sert à mesurer l’équilibre du marché, a très peu changé en février (53,3 %) comparativement à janvier (53,6 %) et le marché est demeuré en équilibre.

« Les ventes accrues et la hausse des maisons nouvellement inscrites au-delà de la normale saisonnière à l’échelle nationale est une preuve manifeste que les Canadiens ont confiance dans les perspectives de croissance du marché de l’habitation », affirme Gary Morse, le président de l’ACI. « La confiance des consommateurs varie d’une région à l’autre, comme d’ailleurs les prévisions quant à la demande en logements. Les acheteurs et propriétaires-vendeurs auraient donc intérêt à parler à leur courtier ou agent immobilier local afin de bien comprendre les tendances actuelles et futures dans le marché de l’habitation de leur localité. »

« Il importe de se rappeler que les ventes et achats de maisons par le biais du système MLS® sont une source importante de l’activité économique et de la création d’emplois. Les dépenses de consommation totales qu’ils ont générées ajouteront environ 19,4 milliards de $ à l’économie et créé plus de 159 000 emplois en 2012, » ajoute M. Morse.

Selon le ratio des ventes par rapport aux nouveaux mandats, qui se situait entre 40 et 60 %, 60 % des marchés locaux étaient équilibrés en février. Comparativement au mois précédent, les marchés favorables aux acheteurs étaient plus nombreux que les marchés vendeurs.

Le nombre de mois d’inventaire se situait à 5,9 mois à la fin de février à échelle nationale; autrement dit, il était au même point qu’il était en janvier. Le nombre de mois d’inventaire représente le nombre de mois qu’il faudrait compter pour vendre l’inventaire actuel au taux de ventes actuel. Il peut également servir à mesurer l’écart entre l’offre et la demande sur le marché de l’habitation.

Au pays, le prix moyen réel (non corrigé des variations saisonnières) des maisons vendues en février 2012 se situait à 372 763 $, soit de deux pour cent supérieur aux résultats obtenus au cours du même mois l’année précédente.

« En février 2011, le prix moyen national a été hissé plus haut en raison d’une montée en flèche des ventes haut de gamme dans certains des quartiers cossus de Vancouver et nous ne nous attendions pas que la situation se répète cette année », fait savoir Gregory Klump, l’économiste en chef de l’ACI. « D’une part les données de février le confirment, mais d’autres facteurs contribuent également à tenir le prix moyen national élevé. Le facteur principal est le marché immobilier de Toronto, où l’équilibre serré entre l’offre et la demande continue à faire grimper considérablement les prix des maisons au pays, notamment ceux des maisons unifamiliales isolées. »

Au cours des derniers mois, à Toronto et ailleurs, les ventes se sont concentrées à l’échelon des maisons unifamiliales isolées, qui sont habituellement plus dispendieuses qu’à d’autres échelons. Cette tendance s’est poursuivie en février, de manière à exercer davantage de pression sur le prix moyen des maisons à l’échelle nationale.

VOUS ÊTES PRIÉS DE NOTER que les renseignements que renferme le présent communiqué de presse comprennent à la fois les données sur les principaux marchés et sur les ventes MLS® réalisées à l’échelle nationale le mois précédent.

L’ACI tient à signaler que le prix moyen s’avère pratique pour déterminer les tendances au cours d’une période de temps, mais qu’il ne révèle pas les prix réels dans les centres regroupant des quartiers très différents, ni ne tient-il compte des différences de prix d’une région géographique à l’autre. Les renseignements statistiques que renferme la présente analyse comprennent toutes les catégories de logements.

Le système MLS® est un système de commercialisation coopératif exploité seulement par les chambres immobilières canadiennes aux fins d’assurer la diffusion maximum des propriétés à vendre.

L’Association canadienne de l’immeuble (ACI), l’une des plus importantes associations commerciales canadiennes à vocation unique, représente les intérêts de plus de 100 000 courtiers et agents immobiliers, qui relèvent de plus de 100 chambres et associations immobilières.

D’autres renseignements sont affichés au http://www.crea.ca/fr_public/news_stats/news_releases.htm.