Skip to content
Mitsou Gélinas

Mitsou Gélinas

Ep 3 Fabien Majo

Fabien Major

Épisode 3/Septembre 2020

Fabien Major : L’immobilier et l’importance de la planification financière

Dans l’épisode 3 d’EN DIRECT, nous nous entretenons avec Fabien Major, un analyste financier chevronné de Québec. Découvrez des conseils financiers destinés aux nouveaux acheteurs, des stratégies pour se préparer à un marché incertain, et des ressources offertes aux courtiers et agents pour les aider à offrir un service à valeur ajoutée à leurs clients.

Écoutez cet épisode

Écoutez sur votre application de podcast préférée

Transcription de l'épisode

Mitsou Gélinas: Bienvenue à « EN DIRECT », un balado pour les courtiers et agents immobiliers au cours duquel nous discuterons d'actualité, de tendances et de perspectives sur l'immobilier. Je m'appelle Mitsou Gélinas et dans cet épisode je discute avec Fabien Major, le fondateur de Major Gestion Privée. Fabien est un conseiller en gestion de patrimoine. Nous allons parler de la situation économique actuelle, de la façon de se préparer en vue de l'incertitude qui plane sur le marché immobilier et des ressources offertes aux courtiers et agents pour les aider à offrir un service à valeur ajoutée à leurs clients. Et attention, Fabien a même réussi à me faire rire en parlant finances, c'est gagné. Salut, Fabien.

Fabien Major: Allô, Mitsou.

Mitsou Gélinas: On s'est connus, Fabien, dans une ancienne vie, tu étais animateur de radio, chroniqueur télé aussi. Tu as eu un bon changement de carrière, tu es devenu planificateur financier. Tu as trois livres à ton actif : Petits secrets et gros mensonges de votre banquier, Investir dans son CELI et 99 trucs pour s'enrichir. Un des moyens incontestables de s'enrichir, c'est d'investir dans l'immobilier, quand c'est bien fait alors c'est ce dont on va parler aujourd'hui.

Fabien Major: Okay, on a du pain sur la planche.

Mitsou Gélinas: Oui, c'est ça. Première question, comment peut-on se préparer à acheter une propriété sans prendre trop de risques ?

Fabien Major: Il faut faire ses calculs, on n'a pas le choix. On ne peut pas improviser ça. Il faut donc regarder notre budget, savoir c'est quoi notre capacité réelle de payer et puis s'informer aussi précisément. Je pense que l'aspect humain est très important, Mitsou. Il faut regarder le quartier où on va s'établir. Savoir si les écoles, si les différents commerces et toutes les activités environnantes nous plaisent et une fois qu'on a une bonne idée de son quartier, là on commence à regarder quel est le coût de l'habitation qu'on souhaite en regardant des comparables.

C'est sûr que lorsqu'on a un spécialiste, on a, par exemple, un agent d'immeuble qui nous aide, il peut regarder à droite à gauche et puis valider certaines interventions. Je pense qu'à partir du moment où on a fait notre budget, l'ajout d'un professionnel dans sa démarche va grandement nous aider.

Mitsou Gélinas: Parlons des jeunes un peu, parce qu'il y a des erreurs financières que l'on peut faire au début d'une vie dans l'immobilier. Quelles sont ces erreurs financières les plus courantes chez les jeunes?

Fabien Major: Je pense que la plus courante, c'est de s'imaginer que de se loger en tant que propriétaire, c'est le même prix que se loger en tant que locataire. Ce n'est pas du tout la même chose. Il y a des engagements comme les taxes de bienvenue, il y a aussi ce que j'appelle moi les « tant qu'à y être. » Un « tant qu'à y être », c'est une clôture et tant qu'à y être, on peut y rajouter des auvents. Tant qu'à y être, on va peut-être installer un foyer.

Puis, on vient à perdre le contrôle si on n'avait pas fait le budget de tous ces surplus qui s'ajoutent dans notre projet de maison. Alors, donc, Il faut aiguiser son crayon, il faut faire des calculs, il faut se faire accompagner avec son agent, son courtier immobilier et puis aussi son planificateur financier pour que ce rêve-là ne se transforme pas en cauchemar. La durée des unions, Mitsou, c'est relativement court. Les unions, si on regarde au Canada dans les dernières années, la durée moyenne des unions de couples, on parle d'à peu près trois ans. Alors quand on planifie pour une propriété, il faut être certain que notre couple tient et que si on n'a pas bien préparé tous les calculs inhérents à l'achat d'une propriété, ça peut créer des tensions dans le couple et puis ça se transforme des fois en vente forcée.

Mitsou Gélinas: Oui, difficile dans la vie de se sortir de moments comme ceux-là. Tu as dû en voir beaucoup aussi de ton côté.

Fabien Major: Oui, il y en a très souvent, mais je pense que ça fait partie d'un très grand stress dans la vie. Il y a les unions de couple, les enfants, il y a l'achat d'une nouvelle propriété, il peut y avoir le décès, la maladie, la perte d'emploi, mais définitivement l'achat d'une maison, c'est dans, je dirais, les beaux moments de la vie, mais aussi parfois les épreuves. C'est pour ça qu'il ne faut pas improviser ce geste-là.

Mitsou Gélinas: C'est ça. Il ne faut même pas improviser avant d'aller à la banque aussi. J'imagine qu'il y a des outils financiers pour évaluer sa santé financière?

Fabien Major: Absolument, il y en a de très bons. Si on va sur le site REALTOR.ca, je le dis un peu à la française. REALTOR.ca, il y a une version française évidemment, vous avez différentes calculatrices. Il y en a trois qui sont très intéressantes. Des calculatrice hypothécaire, calculatrice de paiement, calculatrice des droits de mutation, calculatrice d'abordabilité. C'est un beau mot ça abordabilité là, il me semble que ça coule bien, c'est abordable, on a les moyens.

On va rentrer là-dedans dans ce calculateur-là, les revenus qu'on gagne. On va rentrer revenus de notre conjoint / conjointe. Qu'est-ce qu'on a comme frais pour nos cartes de crédit à tous les mois à payer? Combien on débourse pour l'automobile? Ce sont souvent des postes budgétaires très très importants. L'impôt foncier de la maison, la propriété qu'on désire et si jamais on ne le sait pas, l'outil nous permet aussi d'évaluer l'impôt foncier. Vous savez les fameuses taxes municipales, les frais de condo s'il y a lieu, les frais de chauffage.

Là, on appuie sur le bouton à combien s'établit ma capacité budgétaire, puis on va savoir quelle sorte d'emprunt on peut se permettre. Mais attention, il y a des petits pièges là-dedans. Vous avez, par exemple, le prix de la propriété et c'est un prix maximum, c'est la capacité d'emprunt maximale. Peut-être vous ne devriez pas vous rendre là surtout si vous savez que la maison nécessite certains petits travaux et puis vous allez avoir besoin de capitaux pour l'adapter à votre désir, à votre besoin.

Et l'acompte. Si on a un acompte qui représente 20 %, moi, je trouve que c'est vraiment parfait à ce moment-là, parce qu'il n'y aura pas les fameux coûts d'assurance de la SCHL et l'assurance prêt de la SCHL, on peut la calculer si jamais vous n'avez pas un acompte de 20 %. Alors là, vous allez voir le total de l'hypothèque requise et vous choisissez la période d'amortissement.

Là aussi, votre professionnel en immobilier va pouvoir vous aider si vous faites le remboursement sur 30 ans, sur 25 ans, sur 20 ans, ça change la teneur de vos paiements. Et vous avez le taux hypothécaire. Heureusement, les taux sont très bons en ce moment et devraient rester quand même bas pour très longtemps. Il y a des spécialistes qui disent que les taux devraient rester bas pour peut-être une décennie encore.

Il y a les droits de cession immobilière, il y a différents petits calculs, taxe de bienvenue, et cetera, et là, on choisit sa province et sa ville et vous allez voir les frais mensuels. De cette façon, on a très très peu de surprises.

Mitsou Gélinas: C'est vraiment génial, c'est un excellent outil sincèrement là, on le conseille à tout le monde d'ailleurs.

Dans quelques instants nous parlerons de comment les courtiers et agents immobiliers peuvent se préparer en temps d'incertitude, mais surtout des opportunités qui peuvent en découler.

Fabien Major: Alors il faut faire parler les gens, je pense que c'est la bonne façon de se préparer. Il faut être fin psychologue finalement.

Mitsou Gélinas: Mais comme il nous l'a proposé, parlons de REALTOR.ca qui est le site web immobilier le plus populaire et le plus fiable au Canada. Il met en contact les Canadiens avec des courtiers et des agents immobiliers qui les aideront à faire l'achat le plus important de leur vie. Rendez-vous sur REALTOR.ca pour trouver un courtier ou un agent près de chez vous.

Maintenant, place au courtier, si tu le veux bien. Comment un courtier ou un agent immobilier peut se préparer à faire face à l'incertitude des marchés. Pour aller rejoindre les inquiétudes de ses clients aussi, parce qu'on vit des moments qui ne sont pas évidents, une époque qui n'est pas évidente non plus.

Fabien Major: Absolument. Je pense que première chose, c'est de poser des questions ouvertes. Les questions ouvertes permettent de savoir, connaître l'histoire des gens et c'est souvent comme ça qu'on sait qu'est-ce qui sont les principales motivations et aussi de cerner quelles sont les craintes, les angoisses. Tout le monde a des petites angoisses dans des projets comme ça.

Par exemple, est-ce que il y a un bébé qui est en route? Est-ce qu'il y a de la maladie dans la famille des choses comme ça? Parce que c'est très humain et comme c'est le projet d'une vie, s'acheter une propriété, je pense que les courtiers pour se préparer devraient avoir d'avance une série de bonnes questions ouvertes qui ne sont pas des questions d'ordre pratique ou reliées à des biens matériels, mais carrément l'histoire des gens, leurs préoccupations familiales.

Puis, des fois connaître leur biais. Les biais, je veux dire par là, ils ont des idées préconçues sur certains quartiers ou certains types de domicile et des fois contrecarrer ces croyances-là qui des fois sont erronées. Il faut faire parler les gens. Je pense que c'est la bonne façon de se préparer. Il faut être fin psychologue, finalement.

Mitsou Gélinas: Oui, mais Fabien, il faut dire que bon en tant que chroniqueur, en tant qu'animateur aussi, on va peut-être parler de ce terme de question ouverte. Une question ouverte, c'est une question qui ne se répond pas par « oui » ou par « non.»

Fabien Major: Exactement. Si je dis à quelqu'un : « Racontez-moi l'origine de votre projet, pourquoi vous en êtes venus à choisir le quartier Rosemont, par exemple ». Les gens vont nous raconter leur petite histoire, mais si je dis : « Vous aimez ça le quartier Rosemont? ». « Oui. Non », ça finit là, on n'a rien appris.

Mitsou Gélinas: Voilà, qui est clair.

Fabien Major: C’est aussi simple.

Mitsou Gélinas: Maintenant parlons des ressources financières. Tu dois en avoir pas mal dans ton carnet, mais quelles sont ces ressources principales que devraient consulter les courtiers ou les agents?

Fabien Major: Les ressources financières en ce qui concerne l'information financière pour être au fait des nouvelles tendances, je pense que il faut lire, je crois, ce qui se passe au sud de la frontière, parce que veut veut pas, l'économie américaine nous influence. S'il y a un choc économique au Sud de la frontière, ça va inévitablement, par effet de domino, contaminer un peu le marché canadien. Alors des fois, ça nous met au parfum là.

J'aime beaucoup regarder les publications quotidiennes de « MarketWatch », qui appartient à la famille Dow Jones, qui nous donnent des informations sur tout et les finances personnelles traitent très très très souvent d'immobilier. On a une idée des tendances. Bien sûr, il y a quelques publications francophones, mais on dirait que l'information qu'on trouve sur des sites comme « MarketWatch » ou encore « Glob Investor » au Canada sont des informations très très fraîches sur les nouvelles tendances.

Allez dans la section Finance Personnelle ou Real Estate, des fois, on peut s'abonner à des alertes. Twitter, je trouve que ce réseau social, il est formidable puisqu'un agent, un courtier pourrait s'abonner à certains influenceurs du monde de l'immobilier et recevoir, comme ça, dans son fil Twitter, des informations toutes fraîches sur des données économiques. Ça peut être aussi des prêteurs, ça peut être des confrères, mais on voit de l'information en temps réel avec Twitter. Alors, ça, c'est trois sources que je pense qui sont indispensables.

Mitsou Gélinas: L'Autorité des marchés financiers aussi? La Commission des valeurs immobilières de l'Ontario?

Fabien Major: Oui, bien sûr. Alors de ce côté-là, il y a des sites internet pratico-pratiques qui sont relativement accessibles autant aux clients qu'aux courtiers, puisque le langage, il est simplifié. Lautorite.qc.ca, ça, c'est le site internet de l'Autorité des marchés financiers. On sait que maintenant, il y a un aspect qui touche l'immobilier avec toutes les responsabilités de l'autorité des marchés financiers qui visent à protéger l'investisseur.

Dans le cas de l'immobilier, la grande question, c'est souvent : « Est-ce que je devrais louer ou acheter? » Il y a un calculateur qu'on trouve sur le site de l'Autorité des marchés financiers. Et du côté de la Commission des valeurs immobilières de l'Ontario, il y a des sites grand public qui sont formidables, qui permettent aussi d'avoir toutes les nouvelles, les nouvelles tendances. On a, comme ça, de l'information très fraîche. Sur le site de CVMO, on a aussi des calculateurs, des vidéos, des exemples où on peut trouver de l'information fort pratique, fort utile.

Alors, le courtier qui fréquente ces sites-là, il est exposé aussi à ce qui intrigue le futur acheteur, le futur investisseur immobilier. Il va avoir le même langage et il peut se préparer d'avance des fois pour avoir certains comparateurs et partager aussi des ressources, des vidéos, des podcasts, des textes avec ses futurs acheteurs.

Mitsou Gélinas: Tu as aussi toutes les sections spécialisées des journaux également qui sont importants. Les comptes des journalistes peut-être également?

Fabien Major: Oui. Les comptes des journalistes, c'est intéressant. Les journalistes économiques, je pense à Francis Vailles et à Daniel Germain avec le Journal de Montréal. Francis Vailles, il est avec le journal La Presse. Stéphanie Grammond. Bien sûr, vous avez au Québec avec l'émission RDI Économie, Gérald Fillion, qui vont partager beaucoup beaucoup beaucoup d'informations. Mais ne négligez pas non plus la Banque du Canada. La Banque du Canada a un outil, c'est un calculateur d'inflation, parce que l'inflation, c'est la bête noire de tout le monde. C'est ce qui fait que année après année, tout coûte plus cher. C'est l'influence sur le coût de la vie qui est l'inflation et c'est aussi la cible principale de la banque du Canada. Ça, on n'en entend pas souvent parler, parce que la banque des banques, elle, elle contrôle le flux monétaire du pays en augmentant ou en diminuant le taux d'intérêt. C'est comme et ça que ça se répercute aussi dans l'hypothèque de ceux qui nous écoutent.

Mitsou Gélinas: Tu le dis, tout coûte plus cher maintenant. Il y a un cycle économique immobilier qui est en train de se transformer en ce moment. Et est-ce qu'il y a, quand même, des possibilités qui s'offrent aux courtiers immobiliers à cause de ça?

Fabien Major: Il y a quelque chose que j'aime répéter avec le temps. Je crois que ça vient, je pense, de John F. Kennedy, qui mentionnait que lorsqu'il y a du danger, il y a presque toujours une opportunité. En ce moment, le cycle économique est en train de basculer. On croit que un cycle économique complet, ça dure sept à huit ans. Et si on a un cycle économique immobilier, là c'est plus long, ça peut être 15-20 ans.

Le cycle immobilier dans lequel nous sommes présentement est justement mature. Est-ce que ça signifie que les prix vont se contracter beaucoup? Pas sûr de ça, pas sûr de ça, mais il peut y avoir certaines périodes où il y a de l'incertitude, où il y a moins d'acheteurs pour une propriété, et il y a peut-être plus de vendeurs. Mais d'un côté ou de l'autre, ça recèle quand même quelque chose d'intéressant pour les intervenants du milieu, les agents et les courtiers immobiliers.

Il y a un autre phénomène, qui, celui-là, il est très révélateur de l'économie, c'est la démographie. La démographie étudie les différentes cohortes d'âges. C’est-à-dire si vous avez, par exemple, les baby boomers ou les générations X, les milléniaux, tout ça, on sait que c'est très fort et ça permet de faire des prévisions en ce qui concerne l'économie. Le nombre de baby boomers qui va peut-être vendre sa propriété et se retrouver dans plus petit, dans un condo ou vendre le chalet, etc, on prévoit que dans les prochaines années, ça peut bouleverser le monde immobilier et sans doute représenter de très très très belles opportunités.

Mitsou Gélinas: En même temps, il y a tellement d'éducation à faire encore. Quel rôle devraient jouer les courtiers et les agents pour s'assurer que leurs clients comprennent les conditions du marché et les répercussions qui pourraient en découler?

Fabien Major: Il y a un rôle d'éducation, c'est certain. Si le courtier, l'agent, se représente par tous ses comportements, par tous ses contacts, par tous ses liens et ses conversations, comme étant un guide, le guide, il peut nous accompagner. Il peut nous accompagner dans la famille, parce que si ça s'est bien passé, le projet d'un jeune couple, ils vont recommander le même agent aux parents qui vont devoir vendre la grande maison plus tard, ou le frère, la sœur, le cousin, etc. Toute la famille va se mettre de la partie.

Ça, c'est une belle opportunité de tisser des liens plus étroits, non pas seulement pour une ou deux transactions, mais pour suivre toute la famille dans les différents projets. S’ils ont à déménager parce que la famille s'agrandit, il y a plus que deux enfants par exemple et puis les besoins ont changé, ou que les finances se sont améliorées par un héritage ou quoi que ce soit, il faut connaître ces informations-là.

C'est pour ça que on doit gérer activement ses contacts. Je recommande autant pour les planificateurs financiers que pour les agents et courtiers en immobilier d'avoir ce qu'on appelle un CRM. C'est un logiciel de gestion des relations, client relationship manager. C'est un petit logiciel. Il y en a plusieurs. Il y en a qui sont en ligne, qui sont très très très bien faits, qui permettent d'entrer des données des fois sur le nombre de personnes et les caractéristiques de ceux qui composent le noyau familial. Les goûts, les envies, les projets futurs, on peut mettre très loin dans le calendrier.

Si le couple nous a dit : « Dans deux ans, nous avons l'intention d'acheter une propriété de villégiature, un chalet, ou quoique ce soit, une maison de campagne. » Imaginez le courtier qui est tellement bien organisé, que dans 20 mois, il contacte le couple en disant : « Avez-vous toujours votre projet ? » « Oui, justement, tu arrives tellement bien que maintenant on est intéressé à commencer à faire des visites. » C'est comme ça, en s'organisant, finalement, et en étant près des gens.

Mitsou Gélinas: J'adore ça. Les courtiers et les agents peuvent utiliser ça, mais un peu tout le monde aussi, j'imagine?

Fabien Major: Oui.

Mitsou Gélinas: Fabien, il y a des façon de penser différemment en tant que courtier?

Fabien Major: Oui, je pense qu'au niveau relationnel, on a tout à gagner. Si, autrefois, les gens faisaient des confidences très souvent au curé du village, aujourd'hui, celui qui le remplace, c'est peut-être le planificateur financier et comptable, parce que ceux-ci ont des relations directes avec des clients et vont leur confier leurs petites et grandes angoisses. Dans le cas du planificateur financier, c'est celui qui fait toutes les projections qui a le plan financier entre les mains.

Alors, s’il y a des unions qui se préparent, s'il y a des séparations, s'il y a un héritage en cours, s'il y a la vente d'actifs qui va engendrer des capitaux pour un nouveau projet immobilier, évidemment, le premier en ligne de mire, c'est le planificateur financier. Les courtiers et agents qui veulent sans doute avoir l'information la plus fraîche dans leurs quartiers devraient sans doute identifier dans leur coin les planificateurs qui ont une certaine influence, qui ont un carrière établie, qui ont quelques décennies d'expérience, qui connaissent bien bien bien leur famille.

Aussi, d'entrer, peut-être, en relation professionnelle et d'avoir certains tuyaux comme ça avec différentes conversations. C'est sûr, on n'entre pas dans les données confidentielles. C'est toujours avec l'approbation des clients, des propriétaires, etc. Mais, oui, je pense que le planificateur devrait certainement être un des professionnels dont devrait s'adjoindre une majorité d'agents et courtiers immobiliers.

Mitsou Gélinas: Tu vends la maison d'un planificateur financier, tu as une bonne relation et puis lui, il pourra te proposer différents clients peut-être? Ça part tout du personnel quand même.

Fabien Major: Oui. Mais sortez de la relation habituelle avec le banquier, parce qu'une banque, c'est un organisme à but lucratif, et le planificateur financier, par ses responsabilités fiduciaires, il doit toujours favoriser le meilleur intérêt de son client. Si lui, il est autonome dans ses décisions, il peut favoriser toutes les institutions financières, et très souvent les planificateurs autonomes ou de gestion de patrimoine, ils sont indépendants et travaillent comme ça avec quelques familles privilégiées. Je crois que c'est une opportunité, bien sûr, pour les agents et les courtiers.

Mitsou Gélinas: Comme Fabien nous l'a dit, parler à des planificateurs est un bon truc, mais il y a aussi d'autres façons de faire des contacts. Le Café ACI qui est un endroit chaleureux où les membres de l'ACI peuvent échanger des idées et des points de vue sur l'actualité du secteur, tout en prenant une tasse de café virtuelle. Pour accéder au contenu instructif publié chaque semaine, joignez-vous à la conversation au cafeaci.ca.

À la fin de la journée, est-ce que tu retournes sur certains sites pour vérifier certaines petites choses ou tu te laisses le plaisir de vivre une vie personnelle enrichie?

Fabien Major: Oui. Il faudrait que je demande ça à ma blonde, mais elle dit que j'ai peut-être pas de limites. Toute l'information, comme ça me passionne, la planification, l'économie et tout ça, c'est sûr que quand il y a une information à portée de main, je vois une petite alerte quelconque, je m'y intéresse. Non, je ne ferme pas les livres mettons à cinq heures, c'est contre-nature pour moi. C'est sûr que je vais faire une petite tournée générale et je planifie les journées suivantes et certainement le lendemain.

Mitsou Gélinas: Bon, regarde-tu ne planifies pas seulement les finances, mais la vie au complet, puis c'est correct aussi, ça fait partie de la nature, j'imagine, d'un planificateur?

Fabien Major: C'est vrai, mais il faut aussi en venir à mettre dans son agenda professionnel, les parties de loisirs qu'on ne veut pas manquer. Si on doit faire du sport, si on a des activités familiales, tout ça, parce que oui, rien de tel que se ressourcer, se changer les idées pour stimuler son imagination et stimuler sa créativité.

Mitsou Gélinas: Restez à l'écoute, Fabien a même réussi à me faire rire en parlant finances. Le salon de REALTOR.ca est votre référence pour tout ce qui touche l'immobilier, qu'il s'agisse d'articles sur les tendances du marché et des finances, comme on le fait aujourd'hui, mais aussi des nouveautés dans le milieu jusqu'aux idées de décoration. Le salon saura vous inspirer. Et toi, Fabien Major, que penses-tu des courtiers et des agents immobiliers?

Fabien Major: Bien franchement, je ne me verrais pas vendre une propriété sans le soutien d'un courtier et d'un agent. C'est lui, le spécialiste, c'est lui qui connaît son quartier, c'est lui qui connaît le marché et je pense que c'est essentiel pour bien se faire accompagner. Surtout, je crois que ce sont des optimistes dans l'âme, ils ont toujours les yeux pétillants et ils savent reconnaître les opportunités. La majorité, je pense qu'ils sont vraiment dédiés à leurs clients et veulent que le projet se réalise.

J'ai une anecdote pour toi, Mitsou. La crise de 2008, méchante crise, pareil. Il y a quelqu'un qui m'a raconté l'histoire d'un agent immobilier de Californie et tu vas comprendre que ils sont optimistes dans l'âme. Il y avait un banquier qui avait un agent d'immeuble et il y avait un comptable qui avec la grave crise, en 2008, ils se sont ruinés. Les trois se sont retrouvés sans abri, en dessous d'un pont en Californie. Et puis là, ils devaient passer une nuit à la belle étoile.

Il y a le comptable qui trouve une boîte de carton et s'installe dedans et le banquier trouve une deuxième boîte de carton et s'installe dedans. L'agent d'immeuble, il regarde les deux, les boîtes de carton l'une à côté de l’autre, puis lui, il prend une troisième boîte et l'installe par-dessus, puis il écrit : Penthouse à vendre disponible dans un nouveau développement de professionnels.

Mitsou Gélinas: Wow, je ne pensais pas finir un entretien avec un planificateur financier avec une joke, c'est bon ça. Merci Fabien de m'avoir instruite et de m'avoir fait rire aussi.

Fabien Major: C'est l'optimisme qui nous contamine, c'est ça que je retiens des agents et courtiers immobiliers.

Mitsou Gélinas: C'est une belle manière de terminer cet entretien, Fabien. Merci énormément, c'était hyper intéressant. Puis, en espérant que tout le monde puisse transformer cette crise que l'on vit actuellement en opportunité.

Mitsou Gélinas: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. J'aimerais remercier notre invité, Fabien Major, pour ses excellents conseils et ses bonnes blagues. Si vous avez aimé cet épisode, n'oubliez pas de vous abonner au balado et de le partager avec vos collègues. Ne manquez pas le prochain épisode, Marc Lacasse, qui nous parlera de l'importance des connexions émotionnelles en immobilier et des différentes occasions que les courtiers et agents immobiliers peuvent saisir pour rehausser leur marque. Pour consulter d'autres ressources sur l'immobilier, visitez le crea.ca. C'était Mitsou Gélinas qui vous dit à la prochaine.

Mitsou Gélinas: Allô, c'est Mitsou. Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu durant votre carrière en immobilier? Une personne vous a-t-elle donné un truc infaillible en marketing ou une idée révolutionnaire sur la gestion des relations avec les clients? Nous voulons connaître les conseils qui ont fait progresser votre carrière de courtier ou d'agent. Laissez-moi un message au 1888-768-6794 et nous pourrions l'inclure dans notre prochain épisode.

Mitsou Gélinas: Pour consultez d'autres ressources sur l'immobilier, visitez le CREA.ca. C'était Mitsou Gélinas qui vous dit : « À la prochaine. » Le balado « EN DIRECT » est présenté par l'Association canadienne de l'immeuble, l'ACI.